Collages Monétaires
J’ai toujours utilisé d’authentiques billets de banque dans mes collages. Ils me permettent d’évoquer les désirs qu’ils incarnent, mais aussi le sacrifice qu’ils représentent en étant détournés de leur utilisation initiale de moyen d’échange. Cette série fait aussi suite à mon étude de l’économie monétaire. Enfin, parce que c’est l’un des objets anthropologiques « exemplaires » de nos sociétés de par ses usages, procédés visuels de haute technicité, et pas seulement – puisque on parle aussi de « valeur ».

Ma 1-ére série de Collages Monétaires (qui deviendra par la suite des Confrontations) débuta en 1995, en réaction à la campagne de communication du lancement de nouveaux billets par la Banque Nationale Suisse (BNS), ayant pour thème : la Culture. Elle a donné lieu à une coopération avec des universitaires ainsi qu’à des échanges avec la Banque Nationale Suisse (BNS) de Berne, avant d’être acquise par un spécialiste du domaine.
Le passage au 21 éme siècle marque une nouvelle série de collages: celle des Confrontations, mettant en perspective la démesure des gratte-ciels dans notre espace tant urbain que médiatique. C’est lors d’une soirée attablée entre amis, que j’ai commencé à plier des billets de banque, décidant moi aussi de « produire » des gratte-ciels, qui ne peuvent se construire qu’avec de monumentaux mouvements monétaires ...
De cette série, découlent des aphorismes plutôt autour du billet de banque que sur l’Architecture : « Image – objet » universel, le plus reproduit au monde, sécurisé, le billet de banque n’est-il pas l’un des condensés de l’image contemporaine ?

Par ailleurs, beaucoup de mes projets sont encore à l’état de croquis, cela sert-il de les produire sans « le crédit de les exposer » ?           - C.Q.F.D.